Association de protection du patrimoine Rural et Environnemental

Présentation

logo

 

En octobre 2015, a été mis en place le nouveau PPRI (Plan de Prévention des Risques d’Inondations) de Châteaurenard avec une zone d’exception dite Zone MIN (Marché d’Intérêt National) de 92 hectares.

Actuellement, le MIN de Châteaurenard en plein centre-ville occupe 10 hectares. Pendant des décennies, ce MIN a été un moyen pour les agriculteurs de vendre leurs productions de fruits et légumes. Mais compte tenu de l’évolution économique de notre société (mondialisation, concurrence, internet…), le chiffre d’affaire du MIN de Châteaurenard a été divisé par 3 ces 20 dernières années. L’idée de déplacer le  MIN pour réaménager le centre-ville semble être une bonne idée.
Les terrains choisis pour le nouveau MIN se trouvent en bordure de la Durance et de l’Anguillon (dernier affluant de la Durance) en zone inondable. 92 hectares prévus inclus dans le PPRI comme zone d’exception pour le MIN!
Et cette zone sera desservie par une super rocade: la LEO.

Risques d’inondations pour les populations

Les dernières grosses inondations de la Loire de juin 2016 viennent de nous re-démontrer que de bétonner des terres  empêche l’eau de pénétrer dans le sol et accélère les risques d’inondations. Chateaurenard dans le Loiret, vient d’en faire l’amère expérience.,
L’exemple parfait de ce qu’il ne fallait pas faire est la ville de Nice, qui à force de bétonnage canalise l’eau dans la ville. Tous les ans, dès qu’il pleut, la ville est inondée, avec malheureusement 20 morts à déplorer en octobre 2015.
Notre PPRI analyse les crues de la Durance, mais ne tient pas compte de l’Anguillon. Il est pourtant sorti de son lit en 2010 provocant des dégâts considérables. Comment ne pas le prendre en compte dans le PPRI? VOIR VIDEO

Création d’emplois et de richesses

Si un MIN était la solution à la création d’emploi cela se saurait. Les MIN d’ Avignon, Châteaurenard, Cavaillon, Marseille sont tous en perte de vitesse… Le plus gros au monde est Rungis sur 232 hectares!
« Rungis tremble, avec ces satellisations notre MIN va être sur 200 hectares. »
Notre député-maire Bernard Reynes nous promet la création de 1000 emplois.
L’exemple que la mairie met en avant est BIOCOOP. Biocoop va déménager de Sorgues à Noves dans des hangars de 10 hectares. Plus de 200 emplois dans la commune mais ces emplois ne sont pas des créations d’emplois juste un déplacement. Et avant Sorgues la coopérative était a Cavaillon. Qui nous dit que dans quelques années ils ne vont pas aller à Tarascon? En fait ce sont juste une quinzaine de nouveaux emplois à créer.
Un MIN pour les agriculteurs! En fait le nombre d’agriculteur a été divisé par 10 en trente ans sur la commune, mais la production est restée constante en tonnage. Pour beaucoup d’agriculteurs, le MIN en tant que tel ne sert plus a rien. Il y a ceux qui vendent en circuit court qui gagnent bien leur vie, ceux qui vendent directement à l’exportation en Allemagne ou en Suisse, et ceux qui présentent des échantillons de leurs productions sur le carreau du MIN pour qu’un transporteur vienne chercher directement la marchandise chez eux. Trois hectares de MIN seraient donc largement suffisants.

Les coûts

Le coût financier
Constructions de digues, d’une rocade,  de ponts, déplacement de la station de pompage, expropriation de dizaines de mas dont certains bi-centenaires, expropriation de terres agricoles fertiles irriguées naturellement pour 300 millions d’euros. Soit 300.000 euros par emploi déplacé, et 3 millions par emploi créé!

Le coût écologique
Une fois le processus enclenché, il n’y aura pas de retour en arrière possible. Les terres bétonnées, goudronnées ne seront jamais plus exploitables. Il y aura un risque accru de pollution de la nappe phréatique, ce qui nécessite le déménagement de la station de pompage d’eau potable de la ville. Mais qu’en est-il des riverains  qui se servent de cette eau, n’ayant pas l’eau de ville?
Nous aurons aussi les nuisances sonores de la rocade avec des milliers de camions par jour et la pollution de l’air, juste ou va être construit un nouveau lycée. Alors que cette rocade était prévue le long des voies du TGV.
Pour verdir le projet, il est prévu une voie verte entre la rocade et la ligne de TGV. Cela pour faire oublier que la rocade passe sur une zone Natura 2000.

Conclusion

Nous ne sommes pas contre le progrès, lorsque celui-ci est logique et plein de bon sens.
Ce projet ressemble à un projet des années 1960-70. Après notre-Dame-des-Landes, le barrage de Sivens reconnu inutile le mois dernier, allons-nous avoir le MIN de Chateaurenard ?
Nous avons contesté le PPRI dans un courrier au Ministre de l’environnement Ségolène Royale, avec une copie au Préfet Mr Bouillon en juin 2016.
Nous avons déjà reçu une réponse de prise en considération de la part du cabinet du Ministre, et nous vous tiendrons au courant de la suite… une suite digne de la COP21 !